On passe de plus en plus de temps connectés que ça soit à la toile ou aux écrans. Je suis le premier à sauter sur mon smartphone toutes les 5 minutes à l’affut d’une info, d’une notification ou d’un tweet… Ayant pas mal connecté virtuellement ou IRL ces derniers jours, notamment à la très sympa soirée Webavardes (chapeaux les filles !), je me suis lancé un défi à moi même : essayer de déconnecter d’internet et de n’importe quel écran pendant 24h montre en main, voici ce que ça a donné :

déconnecter

Tout d’abord, j’ai opté pour un jour où je ne bosse pas, car impossible pour moi de me passer du net et d’un PC au boulot pendant une journée complète. J’ai donc choisi hier, dimanche 10 novembre: rien prévu de particulier et en plus j’avais la possibilité de rattraper mes séances de geek le lendemain (11 novembre) car férié !

enfant ipad

Le défi a commencé samedi 09 novembre à 23h33 précisément. J’ai tout coupé : iPhone 5, MacBook, et mon dernier petit chéri iPad Air (acheté dans l’après midi du samedi, vous imaginez donc la déchirure pour moi de le quitter si tôt !). Bref, après un gros dodo, j’attaque donc ma journée OFF : la météo a décidé de pas m’aider, car il a plu non-stop jusqu’à 15 heures (donc le footing à la fraiche pour t’occuper, tu oublies !).

3456289_6_5c78_au-resto-au-cinema-et-meme-aux-toilettes_619a6b2169042056d2ecc271ccc06042

Pour faire plus simple, et pour éviter de vous raconter minute par minute une journée qui n’a rien eu de glamour, voici ce qui m’a manqué sans les écrans cette journée et ensuite les points positifs :

Les manques :

– Motivé pour aller chercher des croissants et du pain frais, le problème c’est que je viens de déménager et impossible de retrouver la meilleure boulangerie du coin… Et sans smartphone, je me suis retrouvé comme un con, j’ai tourné, tourné, et j’ai eu eu coup de bol en en trouvant une autre pas mal du tout d’ailleurs !
– Impossible de synchroniser mon bracelet UP ( bon, je vous l’accorde c’est pas indispensable.)

live up
– Dans l’après midi, j’ai voulu faire un gâteau pour m’occuper et m’éclater à le déguster… Bah, pour la recette pas de web donc je me suis rabattu sur un superbe livre de cuisine aux photos qui font rêver… (Pour info, le gâteau a été à moitié loupé mais il était bon !)
– Pas moyen d’aller non plus à la salle de sport : ma musique est dans mon iPhone et y a des écrans partout branchés sur TRACE TV.
– Je vous parle même pas des réseaux sociaux ou même de regarder les retours suite à mon dernier article du blog : j’étais virtuellement mort pendant 24h ! 😉

social-media-addiction1 déconnecter
– Même le cinéma était interdit ! A la rigueur, j’aurai pu aller au théâtre, mais bon, un dimanche, en dernière minute… Ou au musée oui, mais je n’y ai pas pensé sur le coup…
– J’ai même pas pu prendre de photos pour illustrer cet article.

Points positifs:

– J’ai eu plus de temps, ça parait rien, mais on court beaucoup dans nos journées respectives et là, sans glander devant la TV ou mon Mac, j’ai eu du temps !
– Ma meilleure amie pour la journée était la radio, mais au bout d’un moment 15 fois les même chansons, je sature.
– Un peu moins stressé ni par la charge de ma batterie de mon iPhone, ni à checker mes notifications.
– J’ai pu faire rangement, montage de meuble IKEA… Bref, le genre de trucs que tu repousses tout le temps mais que tu ne fais jamais.

_assembly_man_350x175
– Un beau gâteau marbré.
– Une belle balade pour m’aérer dans les rues de Strasbourg.

Conclusion :
Il est clair que je pensais que ça serait plus dur que ça, je n’ai pas craqué : à part un coup de fil pour souhaiter l’anniversaire à ma nièce, ce qui en soit est la moindre des choses. J’ai manqué de perdre mon défi car la diffusion de Avatar sur TF1 me donnait trop envie, mais grâce à une belle partie de cartes à la place, j’ai survécu jusqu’à 23h33 ! OUF !

déconnecter

En gros, il est clair qu’on est trop devant les écrans, et que c’est hyper difficile de s’en passer vu comme ils sont intégrés même dans notre mode de vie. On utilise le web et nos smartphones pour le moindre problème comme un prolongement de la pensée ou surtout pour ne pas se faire chier… Pas sur que je recommencerais ce genre de journée tout de suite mais il est clair que malgré tout, ça a fait du bien de réapprendre pendant 24h comment on vivait “avant” ou tout simplement réapprendre à s’ennuyer… Cette dépendance vient aussi du mode de vie citadin, du boulot, des activités annexes; si je prends par exemple un agriculteur, il aura pas les même addictions, il sera quasiment jamais derriere un écran et il en sera pas moins malheureux dans sa vie… Ça fait réfléchir…

9401625-happy-agriculteur-biologique-transportant-des-tomates-en-serre

Ces articles sur Strasbourg pourraient vous plaire...

10 Comments

  1. Hélène
    2013/11/11 at 11:56 — Répondre

    Ton article me laisse rêveuse, et si je coupais tout moi aussi le temps d’un weekend ? Et si on se retrouvait dans un bar pour nos conversations plutôt que sur Facebook. On est ultra sollicités, et c’est très fatiguant. Je fais régulièrement des weekends dans les Vosges: pas de télévision, pas de wifi, tu captes à peine avec le téléphone portable. Et bien ça fait un bien fou ! Merci de t’être sacrifié une journée pour nous 😀

  2. sebastientu
    2013/11/14 at 14:08 — Répondre

    Moi je fais ça je décède sur place.LOOOL.

  3. Romain
    2013/11/28 at 17:07 — Répondre

    Défi amusant, mais difficile à réaliser sur une journée “banale” on s’ennuie très vite, pour ma part j’ai réussi à réaliser cet exploit mais j’étais en vacances aux Bahamas, aucun mérite 🙂
    Certains font des grèves de la faim, tu as lancé une nouvelle tendance, “la grève de la technologie”.

    • 2014/01/03 at 17:04 — Répondre

      La prochaine fois que tu vas aux Bahamas, emmène moi stp ! Je retenterai le défi dans de meilleures conditions… 😉

  4. kwirrittud
    2013/12/16 at 10:02 — Répondre

    Les réseaux et les écrans sont deux choses différentes.

    Je me sèvre régulièrement d’Internet, pendant au moins 3 jours consécutifs. Record : 12 ou 13 jours d’affilé, il y a quelques semaines.

    Je n’ai pas de smartphone, donc je reste connecté par téléphone fixe et portable, mais je me coupe bien du web et d’internet en particulier. Mon job ne requiert pas de connexion.

    J’en profite parfois pour me couper de la radio pendant qulques jours aussi, y compris les radio d’info (ORTF enfin pardon France Inter, Europe1, RTL, France Info).

    Dans tous les cas je prévois tout de même ces périodes en téléchargeant des films ou séries, documents PDF à lire, autres docs à traduire, adapter ou sur lesquels composer ou réfléchir. Je reste donc en lien avec mon ordinateur. N’oublions pas que les résidents de régions montagneuses ou rurales ont un Internet TRES lent, donc ils s’en servent différemment.

    Ces breaks permettent aussi de faire du sport, voir des expos, revoir des gens, sortir plus dans la vrai vie physique, etc…

    • 2014/01/03 at 17:01 — Répondre

      En effet, c’est pas facile mais une fois que c’est fait, je dois avouer que ça fait du bien ! Merci pour ton commentaire.

    • Anastasia
      2014/02/25 at 14:32 — Répondre

      Bonjour,

      Je suis étudiante et je travaille sur le phénomène de déconnexion. je suis très intéressée d’en discuter avec vous, kwirrittud, qui avez déjà une approche approfondie de déconnexion.

      Avez vous un email auquel vous écrire? Merci,

      Anastasia

  5. Marie
    2015/03/03 at 21:46 — Répondre

    Et lire un livre tu y as pensé ?

    • 2015/03/03 at 21:54 — Répondre

      Je lis plutôt en vacances, mais merci du conseil, je n’y avais pas pensé ! 😉

Laisser un commentaire